Nokian Hakkapeliita R2, ou arrive hiver!


Vous n’avez pas encore vos pneus d’hiver. Ou pire encore, vous avez vos pneus d’hiver mais vous avez choisi les pneus d’occasion trouvés sur un de petites annonces et qui n’ont « que trois ans d’usure »? Alors, vous la trouvez comment la première tempête de l’année?

Je ne veux pas souhaiter de malheur à personne, mais je suis prêt à parier que vous serez celui (ou celle) qui patinera à tous les coins de rue, si vous êtes seulement capables de franchir le petit amoncellement de neige placée devant votre entrée par la bienveillante charrue!

Moi pas. Parce que moi cette année, j’ai l’opportunité d’essayer des pneus d’hiver dont la renommée n’est plus à faire, les Nokian Hakkapeliita R2. Ce ne sont pas les plus récents, ni les plus abordables il faut bien le dire. Mais j’ai hâte de rouler dans la neige.

Un premier contact

Parce que je les ai installés, il y quelques semaines (ok, seulement deux) sur la voiture que je partage avec Fiston, une Mazda3 2010 en parfait état de marche. Et que depuis, j’attends un peu de neige pour les mettre à l’épreuve.

Un premier constat s’impose. Sur le sec, par temps froids, les R2 se sont avérés corrects, et vraiment fort peu bruyants. Ils fournissent une adhérence remarquable et sont totalement prévisibles dans leur comportement.

Tout cela, nous dit Nokian, grâce à des cristaux insérés dans le composé caoutchouteux et qui agissent littéralement comme de petites griffes qui mordent à la surface. Mieux encore, ces cristaux disséminés aux quatre coins de la semelle ajoutent du mordant en devenant plus visibles en cas d’usure. Bref, ça je ne peux le dire encore, mais j’avais hâte à la première neige!

nikian hakkapeliita R2Sur la route, précisons tout de même que ces R2 à faible coefficient de friction se sont avérés jusqu’à maintenant d’un grand confort. Même Fiston, qui n’a pas encore l’expérience acquise de son vieux papa mais qui commence à s’y connaitre en voiture pour avoir été passager dans plusieurs dizaines, voire des centaines de véhicules, a aimé l’expérience. Sous la pluie diluvienne, et dans les routes de campagne, il n’a jamais ressenti le moindre aquaplanage, ce qui est souvent l’apanage des pneus d’hiver.

Bref, la tempête de ce matin tombe à pic. Et elle sera l’occasion de premiers vrais tests en situation réelle. Je vous en reparlerai.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *