New York, New York….. If I can make it here… (air connu) 1


Au cours des derniers jours, je me suis rendu assister au salon de l’auto de New York. Sans vouloir faire de jaloux, il me faut admettre que c’est un de mes salons préférés. Et pas seulement parce qu’il se déroule dans la ville la plus excitante du monde, mais surtout parce qu’il permet de voir des véhicules qui prendront la route sous peu.

Mais ce voyage, qui peut sembler fort glamour pour les amateurs, est en fait un peu moins relaxant pour le journaliste automobile que je suis. Voici donc à quoi ressemble le vrai salon de l’auto d’un journaliste :

Jour 1 – avant le salon

La tendance est que les manufacturiers tentent d’obtenir le maximum de visibilité en dehors du salon, puisqu’ils savent bien qu’ils seront enterrés sous la tonne de dévoilement des journées de presse. Résultats : à peine arrivés à New York, on se change et on se dirige vers le Cadillac House pour le dévoilement du nouveau XT4.

Premier constat : la salle devrait contenir environ 150 personnes confortablement. Elle en contient plutôt 400. Impossible de s’approcher du modèle. Heureusement, une deuxième unité est placée en vitrine. Je réussi à me faufiler et malgré un espace restreint, des dizaines de collègues en furie et un éclairage de mauvaise qualité, j’ai pu prendre quelques photos. Mais bon, heureusement, le manufacturier avait de meilleures photos que moi.

Jour 2 – le salon

7 h 30, on quitte l’hôtel. Il faut faire la file, traverser la sécurité et le détecteur de métal et avoir nos sacs fouillés avant de pouvoir accéder au plancher… du lobby du salon. Il faut ensuite faire une longue file pour récupérer notre accréditation qui avait pourtant été acceptée en ligne, mais que l’on ne poste plus.

Une fois l’accréditation en main…. Il faut refaire la ligne pour obtenir le bracelet que l’on nous remet uniquement sur vérification d’une pièce d’identité. Enfin, le salon est ouvert.

S’enchainent alors les conférences de presse. Ici, c’est la jungle. Des centaines de journalistes se précipitent pour occuper les premiers rangs pour avoir les meilleures photos. Les caméramans, placés à l’arrière, jurent de voir devant eux des tonnes de cellulaires portés à bout de bras pour un petit bout de vidéo. Et la conférence de presse met en vedette un président, ou un vice-président qui nous explique en détail la raison pour laquelle sa compagnie est la meilleure… et combien son nouveau véhicule est innovateur, même s’il ne reçoit qu’un nouveau traitement esthétique. Discours de 10 minutes, dévoilement de 30 secondes au son d’une musique vibrante, prises de photos en catastrophe, et on se lance vers la prochaine conférence.

Malheureusement, vous avez trop tardé, alors vous vous retrouvez derrière la foule. Et du haut de mes 5 pieds et 7 pouces, je ne verrai rien. Je reviendrai plus tard dans la journée, je préfère alors me diriger vers le prochain dévoilement.

La journée se poursuit de cette façon, avec des dévoilements chaque 30 minutes tout au plus. Sans compter les rencontres fortuites, les entrevues planifiées, et les photos que l’on tente de rattraper quand la foule se dissipe un peu.

Au total, dans un salon comme New York, j’aurai marché 8 kilomètres, pris des centaines de photos, publiés des dizaines de statuts sur les réseaux sociaux. Et en soirée, j’ai droit au souper officiel, avant le retour au salon demain pour quelques photos supplémentaires, et quelques kilomètres de marche de plus. Heureusement, la deuxième journée étant largement moins populaire, il est plus facile de faire le boulot.

Et c’est fini!

Je l’avoue, j’ai profité de l’après-midi pour déambuler un peu dans New York, avec Chérie qui m’accompagnait pour la longue route. Et oui, elle m’a trainé un peu de force dans une multitude de boutiques.

Mais une fois ces deux jours complétés, c’est l’heure de reprendre la route (je suis venu ici en Chevrolet Malibu Red Line plutôt confortable et économique, mais qui manque clairement de luxe, notamment de sièges chauffants au qui auraient été bienvenus après quelques heures au volant). Direction, retour à la maison, en attente du prochain salon.

Alors glamour les salons de l’auto? De moins en moins. Est-ce que, pour autant, j’accepterais de le manquer? J’aime quand même trop cette atmosphère survoltée… et ces nouveautés. Pour vous mettre l’eau à la bouche, voici quand même une galerie de quelques photos prises au salon de l’auto de New York.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “New York, New York….. If I can make it here… (air connu)